Les séries de Nine_Seventeen : Dracula, Witches of East End et Sleepy Hollow

A propos de l'auteur

Rôle:

Jeux préférés:

Imbattable sur:

Rédacteur

Pokémon, GTA, Mirror's edge, Red Dead Redemption

les pires chansons des années 2000

anneline.mingam@gmail.com
a écrit 12 articles sur Eleven-Geek.

On se retrouve chaque semaine pour une chronique dédiée aux séries télévisées !
Dans un premier temps, je vous ferai un speech sur une série que j’aime d’amour, dans l’espoir de vous donner envie de la regarder (tant qu’à faire hein, j’suis pas là pour écrire dans le vent). Dans un second temps, petit topo sur les derniers épisodes des séries que je suis religieusement chaque semaine, garanti 100 % pur jus et mauvaise foi, histoire qu’on s’écharpe dans la joie et la bonne humeur dans les commentaires !

 

Part Ouane : Vampires, sorcières et surnaturel

Une fois n’est pas coutume, cette semaine ce n’est pas une mais trois séries qui sont sous mes projecteurs. Leur point commun ? Si vous avez du temps à perdre lors d’un dimanche pluvieux ou d’un jour férié… bref, si vous vous ennuyez ; elles sont parfaites. On parle donc aujourd’hui de séries passables mais récréatives.

 

Dracula, here we go again

Jonathan Rhys Meyes fait de l'oeil à un cou.

A-t-on besoin d’expliciter davantage ? Je ne crois pas.

Oui oui, DRACULA. Comme si on n’avait pas assez bouffé de vampire ces dernières années, Cole Haddon et Tony Krantz remettent le couvert. C’est Jonathan Rhys Meyers qui incarne le comte Vlad Tepes à Londres, époque victorienne. Disons-le tout de suite, c’est pas terrible. En reprenant les clichés du vampire moyen (un peu brutal, franchement sexy -enfin…-) et en mélangeant sexe, baston, conspiration et romance (forcément), la nouvelle série de la NBC est l‘exemple même des limites de cette mode à la manque dont Twilight et True Blood furent les instigateurs. Jonathan Rhys Meyes est fade comme un jour sans pain, l’intrigue est tarabiscotée (Van Helsing et Dracula conspirent main dans la main contre des magnats du pétrole pas gentils du tout, non mais bien sûr !), les seconds rôles minaudent à qui mieux mieux. Bref, Dracula version 2013, c’est un peu la dernière torture télévisuelle en date. Pourquoi la regarder alors ? Parce que j’espère que cette série sonnera le glas de la mode aux suceurs de sang, et il serait dommage de ne pas en être témoin !

 

Witches of East End, à tes souhaits !

Affiche promotionnelle de Witches of East End

Avec des meufs à poil on peut tout vendre. Même de la magie.

Là aussi c’est du lourd ! Tirée de la possible saga de Melissa de la Cruz (possible parce qu’elle est du genre prolifique) « Les Sorcières de North Hampton », cette série est un sous-Charmed, c’est dire le niveau (troll troll troll). Centrée sur la famille Beauchamp, Witches of East End reprend la problématique de la découverte des pouvoirs (non présente dans les livres), du « on doit protéger notre famille donc on ment, on cache des secrets aux gens qu’on aime » et tout le tralala qu’on retrouvait déjà chez Charmed il y a x temps. En pleine saison d’American Horror Story : Coven, j’ai naïvement pensé que ça s’en rapprochait, que ce serait glauque, intriguant et intéressant. Mes fesses. C’est cucul la praline, plein de bons sentiments, les effets spéciaux sont parfois franchement ratés (et donc drôles) et la question principale des six premiers épisodes sortis est : avec lequel des deux frères insipides Mademoiselle-la-plus-jolie-des-filles-sorcières va-t-elle finalement culbuter ? Du grand art. Mais quand on est un peu nostalgique des sœurs Halliwell (la Trilogie du Samedi c’est toute mon enfance) et qu’on a du temps à perdre (par exemple entre janvier et mars quand on attend la deuxième fournée de séries de l’année), ça se regarde. Ça ne laissera pas une empreinte impérissable sur vos rétines, mais ça passe le temps.

 

Sleepy Hollow, aka le manque d’originalité des scénaristes U.S

Affiche promotionnelle de Sleepy Hollow 2013

La fumée, c’est pour le mystère.

Quand j’ai vu qu’ils osaient à nouveau nous sortir la légende du cavalier sans tête, j’ai ri, j’ai fait un facepalm et puis un jour de disette télévisuelle, j’ai regardé. Ça sentait le good bad show, la série mauvaise mais sympa, qui fait un peu pitié mais que t’aimes (à voix basse) quand même. Le premier épisode donne un peu raison, et puis finalement : c’est chouette ! Les créateurs de Fringe sont derrière Sleepy Hollow 2013 (c’est l’année des remakes…) et de la nouvelle de Washington Irving, ils n’ont pas gardé grand chose. Le cavalier sans tête donc, et Ichabod Crane, interprété par Johnny Depp (quand il était encore un bon acteur) dans la mouture de Tim Burton (quand il était encore un grand réalisateur). C’est tout, oui. Tom Mison, grand inconnu au bataillon, est I. Crane : il a un bel accent anglais (pour mon plus grand plaisir), il est mal coiffé, mal rasé et il vient de se réveiller à notre époque après une sieste de plusieurs centaines d’années dans un trou/caveau/endroit paumé. Il va bien sûr se retrouver au cœur d’événements surnaturels, puisque le cavalier sans tête décide lui aussi de revenir d’entre les morts ; et faire équipe avec Abigail Mills, jeune lieutenant de la police locale qui a elle aussi eu son lot de visions bizarres dans son adolescence. C’est sympa à suivre parce que c’est drôle (parfois) : Ichabod Crane n’a jamais connu la fin de l’esclavage, les voitures ou l’eau chaude et son étonnement fait sourire ; mais aussi parce que l’intrigue (qui est sûrement due à un bon rail de coke) mélange les chevaliers de l’apocalypse à la magie. C’est un peu Supernatural confiné dans une seule ville. Avec l’accent anglais. Donc c’est bien, et pas seulement pour les dimanches pluvieux si vous voulez mon avis.

 

 

Part Tou : le résumé des épisodes précédents. Ou pas.

 

The Big Bang Theory (Episode 7 Saison 7)

Rien à dire de particulier cette semaine. L’épisode est vite passé. J’ai vu Amy. Je suis joie.
Prochain épisode le 14 novembre !

 parfois-elle-regrette-d-etre-la-seule-fille

The Walking Dead (Episodes 4 et 5, Saison 4)

NON. NON NON NON NON NON. Ils n’avaient pas le droit de dire à un de mes persos préférés ever de tailler la route. Là c’est bien simple : si il arrive quelque chose à Daryl, Michonne ou Herschel, j’arrête de regarder cette série où de toutes façons il ne se passe jamais rien (à part dans les cinq premières et cinq dernières minutes. LE VOL.). Et le gouverneur revient ! Ouiiiiiiiii !
Prochain épisode le 17 novembre.

The-Walking-Dead-Full-HD-Wallpaper

Agents of S.H.I.E.L.D. (Episode 6, Saison 1)

J’ai cru après l’épisode 5 que ça décollait. J’ai eu tort. Une nouvelle intrigue à la con, qui a au moins le mérite de remettre les Chitakis sur la table et d’apporter cinq minutes de pathos sur des personnages insignifiants, des scènes avec des effets spéciaux ABUSES (j’ai eu honte de regarder ça) pour du Marvel. Bref. C’est pas terrible.
Prochain épisode le 12/11.

 agents-of-shield_affiche

Almost Human

Avant on me disait le 4 novembre dans l’oreillette, maintenant on me dit le 17. Je ne comprends plus rien. Plus jamais je ne croirais l’Internet.
Almost-Human


Poster un commentaire